Antioxydants et vieillissement

Les antioxydants ou antiradicalaires apportés par l’alimentation sont un moyen simple et mesurable de ralentir certains mécanismes de vieillissement !

On respire grâce à l’oxygène, on vieillit et on s’oxyde grâce à lui également ! Vieillir c’est aussi “rancir” comme un simple morceau de beurre ! Les antioxydants ou antiradicalaires qui nous sont apportés par l’alimentation et, si besoin, par la supplémentation nutritionnelle, s’ils ne sont pas un gage de “jeunesse éternelle” sont pour le moins un moyen simple et mesurable de ralentir et/ou contrôler certains mécanismes de vieillissement et de prévenir les malaises, douleurs et maladies qui peuvent leur être associés !

Pour déterminer votre besoin personnel en antioxydants vous pouvez gratuitement demander gratuitement l’aide d’un conseillé FEDIBIO.
L’étude des antioxydants ainsi que de leur importance primordiale dans l’organisme et dans le cours du vieillissement ne remonte pas à plus d’une vingtaine d’années (ce qui explique la méconnaissance de beaucoup de professionnels de santé dans ce domaine!) Ils permettent de régulariser et de contrôler le métabolisme de l’oxygène.

Si nous respirons grâce à l’oxygène, sa combustion dans notre organisme produit des dérivés hautement toxiques que l’on nomme “radicaux libres” ou “espèces activées de l’oxygène”.

Lorsqu’ils ne sont plus, ou plus assez contrôlés par ces nutriments dits antioxydants ou antiradicalaires,ces derniers sont à l’origine (ou aggravent) de nombreuses maladies comme les infections, les inflammations et les cancers. Ils sont une des explications modernes du vieillissement. Prendre des antioxydants suffisamment tôt (en général à partir de la quarantaine…) et en quantités adaptées à son propre besoin grâce aux tests nutritionnels de FEDIBIO c’est espérer améliorer sa santé en qualité comme en quantité et prévenir bon nombre d’affections liées à la dégénérescence de nos tissus et organes.

Prendre des antioxydants en quantités raisonnables et mesurables pour le sportif, c’est une nécessité absolue, un gage non seulement de performance et de récupération, mais surtout et avant tout un gage de santé à long terme. La vitamine E naturelle, le coenzyme Q10, le gamma tocophérol ou tocotrienol, le lycopène, la lutéine sont autant d’antioxydants qui sont impliqués dans de nombreuses affections et notamment les affections cardio-vasculaires et certains cancers comme le cancer de la prostate.

L’optimisation de son propre taux de DHEA est considéré comme une mesure essentielle de prévention du vieillissement. Les tests nutritionnels et salivaires de Fedibio permettent d’évaluer très simplement son taux, ainsi que celui des hormones sexuelles (testostérone chez l’homme, estradiol et progestérone chez la femme).

On corrigera les déficiences au moyen des précurseurs végétaux

N’oubliez pas de consulter les rubriques “La santé et la forme masculine” et “Problèmes liés au cycle menstruel et à la ménopause”. Si vous voulez connaître l’essentiel de ce qu’il y a à savoir sur la DHEA, en dix questions et dix réponses simples, cliquez ici. Enfin, si vous voulez en savoir,un peu, beaucoup, passionnément plus… (quoi de plus passionnant?) nous vous invitons à consulter les ouvrages que nous conseillons dans la bibliothèque de Nutrition Conseil International (notamment : Les Voici quelques aliments ou compléments ou supplémentation nutritionnelle pour lutter contre le vieillissement.

En principe, on ne devrait pas prendre des antioxydants “à l’aveugle” ni forcément tout le temps, ni à n’importe quelle doses. Pour connaître ses propres besoins et pouvoir les gérer en fonction de ses supplémentations, il serait bon de faire un bilan de ses besoins en antioxydants.

Le stress oxydant ou comment rouiller moins vite pour moins de maladies

Les antioxydants sont nombreux et ont des propriétés complémentaires. En dehors des vitamines antioxydantes classiques (C, A, ou E), on peut citer l’acide alphalipoïque, la curcumine et de nombreux polyphénols comme la quercétine.

Les spécialistes du domaine s’accordent cependant à déconseiller les prises à l’aveugle de ces suppléments antioxydants. Si les cures courtes (10 jours ou 2 à 3 semaines), ne posent pas trop de problèmes, à condition de choisir des cocktails équilibrés, les prises empiriques au long cours doivent être abandonnées, ou prescrites, encadrées par des bilans sanguins de stress oxydatif.

Afficher tous les 8 résultats

Afficher tous les 8 résultats