Les déficiences en nutriments et antioxydants peuvent avoir le même poids sur l’apparition et l’évolution des maladies cardiovasculaires que les prédispositions génétiques.

La « non oxydation  » du cholestérol et surtout du mauvais cholestérol (LDL cholestérol) semble aussi importante que le cholestérol lui-même.

L’utilisation régulière non pas d’un antioxydant mais d’un ensemble synergique d’antioxydant semble, à l’heure actuelle, une bonne stratégie de protection de son système cardiovasculaire et de prévention de son vieillissement.

On peut, dans ce cadre, proposer :

– Des aliments riche en vitamine C , en bioflavonoïdes, magnésium, en vitamine E naturelle (sauf en cas d’utilisation d’anticoagulants : diminuer les doses par deux ou trois, et surveiller alors la coagulation). En Oméga 3, en acides gras indispensables à la prévention des diverses inflammations (ils on un peu le même effet que l’aspirine à dose filée qui est réputée prévenir les accidents cardiaques), en carotène naturel, en magnésium : 300 à 500 milligrammes quelle qu’en soit la forme

– N’oublions pas de vérifier, en fonction de l’alimentation personnelle les apports en vitamine B (notamment B6, B9 et B12) qui conditionnent le taux d’homocystéine et un risque cardiovasculaire supplémentaire.

Le bilan nutritionnel permet, quant à lui, de s’assurer que votre alimentation est globalement équilibrée car il est inutile de prendre des suppléments superflus ou même d’envisager des supplémentations sans se préoccuper de son alimentation.

Affichage de 1–12 sur 16 résultats