Publié par Laisser un commentaire

Acidité tissulaire

La surcharge acide provoque une intoxication des cellules, ainsi que de mauvais échanges et donc au final, le vieillissement.

Explication Scientifique

Lorsque le pH sanguin (un des témoins de l’acidité corporelle) avoisine les 7,3 – 7,4, le corps se trouve dans un équilibre parfait et tous les systèmes de l’organisme fonctionnent correctement. Lorsque ce pH diminue, l’organisme devient acide, c’est ce qu’on appelle l’acidose. Un corps acidifié dépense beaucoup d’énergie et de minéraux pour rétablir l’équilibre, question de survie.

L’acidose affaiblit le corps

Pour maintenir son pH dans des limites très étroites, le corps est doté de systèmes régulateurs très performants, les systèmes tampons. Lorsque l’acidité est trop importante, ces derniers sont excessivement sollicités et l’organisme finit par utiliser des minéraux présents dans les muscles et les tendons pour rétablir l’équilibre. Si le déséquilibre perdure, il va se servir des minéraux stockés dans les os.

Une grande fatigue, des brûlures d’estomac, des douleurs articulaires chroniques, des tendinites et crampes, des palpitations musculaires ou des tremblements sont les symptômes d’un organisme trop acide. A long terme, le corps  se déminéralise: les os sont fragilisés et cassants, les muscles affaiblis, la tension artérielle peut augmenter, le système immunitaire être moins efficace et la fatigue s’installer.

Comment savoir si vous êtes en acidose tissulaire?

Vous êtes sujet aux crampes, aux douleurs articulaires ou brûlures d’estomac ? Voilà peut-être les signaux d’un déséquilibre acido-basique. Cet équilibre métabolique est très important pour la santé de vos os et de vos organes et est influencé par notre alimentation.

L’analyse des symptômes


Plusieurs symptômes peuvent être le signe d’une acidose tissulaire:

  • Un des meilleurs symptômes d’une élévation d’acidité dans la corps est l’envie de sucre ! 
Young woman looking at split ends
  • Au niveau des muscles et tendons, crampes, douleurs musculaires voyageantes (tantôt au bras, tantôt au dos…), tendinites à répétition…
  • Au niveau articulaires, une inflammation constante, parfois de l’arthrite, des hernies discales à des endroits différents, une calcification post-fracturaire…
  • Pour les intestins, entérite, brûlures anales,…
  • Vessie/reins, la miction est douloureuse ou cystite…
  • Problèmes capillaires : cheveux ternes/cassants, chute…
  • Ongles cassants ou dédoublés, parfois avec taches blanches…
  • Dents : caries, déchaussements…
  • Peau sèche, eczéma ou démangeaisons
  • Ostéoporose (recrutement des minéraux tampons au niveau des os)

Une altération de l’état général : fatigue chronique, immunité affaiblie, susceptibilité aux infections, sommeil perturbé, migraines, mauvaise haleine, manque d’entrain…

Ces signes constituent de bons indices pour évaluer une acidité tissulaire, mais attention, ils ne sont pas spécifique à l’acidose! Par exemple, des taches blanches sur les ongles peuvent être le signe du carence en zinc.

Les effets d’un taux d’acidité élevé

Les études scientifiques montrent qu’un terrain trop acide peut favoriser la déminéralisation (ostéoporose), mais aussi la fonte musculaire et certains calculs rénaux.

Souvent, l’acidité métabolique peut s’accompagner de

  • Faible énergie et fatigue chronique
  • Immunodéficience, allergies, acné
  • Mauvaise haleine,
  • Mauvaise digestion,
  • Déséquilibre de la flore intestinale avec putréfaction,
  • Urines chargées et fortes en odeur,
  • Crampes, douleurs articulaires, douleurs musculaires et accumulation d’acide lactique
  • Sciatique, lumbago, torticolis
  • Mycoses, problèmes de peau (eczéma et psoriasis), prolifération de levure fongique
  • Transpiration excessive,
  • Gencives sensibles enflammées, caries
  • Problèmes respiratoires, essoufflement, toux
  • Dommages cardiovasculaires, y compris constriction des vaisseaux sanguins et réduction de l’oxygène
  • Problèmes cardiaques, arythmies, augmentation du rythme cardiaque
  • Gain de poids, obésité et diabète
  • Infection de la vessie et des reins
  • Dommages accélérés par les radicaux libres
  • Vieillissement prématuré
  • Nausées, vomissements, diarrhée
  • Ostéoporose, os faibles et fragiles, fractures de la hanche, épines osseuses
  • Maux de tête, confusion, somnolence
  • Migraines, etc.

Beaucoup de réactions métaboliques nécessitent un pH particulier pour bien se faire. La modification du pH (c’est-à-dire de l’équilibre acido-basique) peut nuire à ces réactions, surtout à cause de son impact sur l’activité enzymatique, ce qui affecte toutes les réactions chimiques ayant lieu dans le corps.

Test urinaire

Procurez-vous des tigettes à pH urinaire (chez votre pharmacien par exemple) et testez votre pH urinaire. Attention, il est important de réaliser ces tests aux moments appropriés de la journée ! Evitez de tester la 2e urine du matin car son acidité prouve uniquement que votre foie à bien fonctionné la nuit. Le meilleur moment pour tester votre pH urinaire est juste avant les repas de midi et du soir. Idéalement, le pH devra se situer entre 7 et 7,5.

Quelques conseils en cas d’acidité tissulaire

  • Pour corriger un pH en déroute, il est important de bien gérer le stress afin de ralentir la production de toxines acides. (voir notre sélection de produits anti-acidose, jumelé à des techniques de relaxation).
  • Une bonne oxygénation au moyen de techniques de respiration profonde est également très importante pour ralentir la production de déchets acides.
  • Diminuez les aliments acidifiants et éviter les préparations industriels riches en conservateurs et agents de texture qui acidifient l’organisme : viande en excès, sucres blancs, sodas, conserves, les céréales raffinées, huiles raffinées, alcool, les pâtisseries industrielles,…
  • Diminuez votre apport de sel ou optez pour un sel de potassium.
  • Favorisez les aliments alcalinisants : châtaigne, pomme de terre, bananes…
  • Optimisez votre alimentation avec une alimentation saine incluant des aliments entiers et une bonne quantité de fruits et de légumes crus fournit les éléments alcalinisants nécessaires à une bonne santé. : mastiquez correctement les aliments, mangez au calme, sans stress, apportez des minéraux alcalins (eau avec silicium, magnésium et calcium), évitez les plats préparés
  • Supplémentez-vous en citrates de calcium, de magnésium et potassium avec les Formules Alcalinisantes Fedibio.
  • Surveillez la bonne fonctionnalité de votre intestin. Optez pour de la glutamine pour réparer vos entérocytes (cellules de la surface intestinale), accompagné d’un prébiotique en cas de constipation. En bref, rétablir l’équilibre du pH intestinal (Detox appareil digestif et urinaire).
  • Assurer l’élimination adéquate des toxines par les reins en buvant beaucoup d’eau et en effectuant un bon nettoyage du foie (Detox appareil digestif et urinaire) au moins deux fois par an.
  • Mettez-vous au sport modéré
  • Surveillez votre respiration
  • Fuyez la pollution

CONSEIL PLUS

1. Évitez les aliments industriels

Rapides et pratiques, les plats préparés, les sauces ou les biscuits industriels peuvent être tentants mais ils sont bourrés de conservateurs et d’agents de texture qui acidifient l’organisme. Des plats faits maison sont bien meilleurs pour votre palais, votre santé et votre ligne.

2. Faites le plein de fibres

Pour réduire l’acidité, le corps a besoin de fibres. Elles sont présentes dans les épices, les oléagineux mais aussi dans les fruits et légumes. Les graines d’avoine ou de lin sont aussi une source intéressante. Pour une infusion aux graines de lin : faites bouillir une cuillerée de graines dans ¼ de litre d’eau pendant deux à trois minutes et buvez ensuite. Une infusion à adopter pour son effet réparateur sur les tissus.

3. Buvez des infusions à profusion

Remplacez le thé noir par les thés vert ou blanc qui sont beaucoup moins acides. Privilégiez les tisanes de bonne qualité, particulièrement de plantes reminéralisantes comme l’ortie, la prêle, l’avoine fleurie ou le framboisier et même le bambou, bon pour les articulations.

4. Réduisez les farines blanches

Comme le sucre et le sel blancs, les farines blanches sont des farines raffinées qui ont subi des processus de nettoyage et de blanchissement qui leurs fait perdre leurs nutriments. Les aliments raffinés n’ont pas grand intérêt nutritionnel, ils sont pauvres en fibres et nutriments tandis qu’ils sont riches en énergie.

5. Consommez des légumes crus

Privilégiez les céréales complètes plutôt que les raffinés mais surtout faites la part belle aux légumes car les céréales complètes contiennent de l’acide phytique, une molécule qui bloque la disponibilité de certains micronutriments (pour la croissance de la plante) – Les céréales Fedibio sont Biocativés afin d’augmenter la biodisponibilité des micronutriments. Il faut donc aller les chercher dans les végétaux crus qui regorgent de vitamines, minéraux, oligo-éléments, antioxydants, fibres alimentaires, chlorophylle, oxygène et en enzymes naturels, des nutriments qui permettent d’éliminer les déchets accumulés dans l’organisme, de protéger notre système immunitaire et de tenir éloignées de nombreuses maladies.

6. Diminuez les protéines animales

Réduisez votre consommation de viande et de poisson, notamment la viande rouge et transformés comme le boeuf et les charcuteries soupçonnées d’être probablement cancérogènes par l’OMS mais aussi les poissons d’élevage dont l’alimentation est de piètre qualité. Sinon, misez surtout sur les viandes et poissons bio ! Plusieurs fois par semaine, concoctez-vous des repas végétariens notamment le soir car les protéines animales sont plus difficiles à digérer (votre sommeil n’en sera que meilleur). L’excès de viande entraîne un taux important d’acide urique, phosphorique et sulfurique, de forts acides qu’il est difficile d’éliminer.  Préférez-leur les légumineuses.

7. Du sport et un bon sommeil

Un bon équilibre acido-basique est un vrai atout bien-être. Pensez à vous relaxer en prenant du temps pour vous, en faisant, du yoga ou en pratiquant la méditation. Soignez la qualité de votre sommeil et pratiquez une activité physique régulière.

Aliments alcalifiants – à privilégier

Groupes d’alimentsAlcalifiants
(à privilégier)
FruitsAbricot, avocat, banane, cantaloup, melon d’eau, poire, pomme jaune délicieuse, raisin
LégumesBetterave, brocoli, carotte, céleri, chou, chou-fleur, chou frisé, concombre, courge, endive, légumes verts feuillus, luzerne, patate douce, pois mange-tout, pomme de terre
HuilesAvocat, foie de morue, noix de coco, olive
Noix, graines, légumineusesAmande, graines de : citrouille, lin, tournesol, sésame; noix de cajou, de macadamia
Pains, céréales, dessertsMillet, quinoa
BoissonsEau, jus : betterave, carotte, céleri, mangue, papaye, poire; thé au gingembre, thé vert

Aliments acidifiants – à limiter

Groupes d’alimentsAcidifiants
(à limiter)
FruitsCanneberge, rhubarbe
LégumesAubergine, maïs
Viandes, volailles et poissonsAgneau, bacon, crevette, foie, hamburger, homard, lapin, poulet, saucisse, saumon, steak
Produits laitiers, oeufscamembert, cheddar, cottage, à la crème; oeuf
HuilesHuile raffinées
Noix, graines, légumineusesArachide, haricot de soya
Pains, céréales, dessertsBagel, craquelin salé, croissant, pain de : blé entier, seigle entier; semoule de maïs, tortillas de maïs
BoissonsAlcool, jus : ananas, orange, pamplemousse, pomme; boisson de soya, boisson gazeuse, café, chocolat, lait fouetté

Remarques:

Une personne atteinte d’acidité tissulaire aura tout intérêt à s’abstenir d’une cure de jus de citron non bioactivé pour acidose!



Laisser un commentaire