Publié par Laisser un commentaire

Miel, produits de la ruche et apithérapie

L’apithérapie est, comme l’indique son nom, une thérapie où l’on utilise les produits récoltés, transformés ou sécrétés par les abeilles.

L’apithérapie consiste à utiliser les différents produits de la ruche comme le miel, la gelée royale, le pollen, la propolis ou encore le venin d’abeille à des fins médicinales. Elle a actuellement une place importante parmi toutes les médecines douces. L’apithérapie ne date pas d’aujourd’hui. En effet, déjà Hippocrate utilisait le miel dans ses différentes préparations et le recommandait pour le traitement des plaies.

Chaque élément sécrété, transformé ou récolté par l’abeille a différentes vertus.

Le miel et les dérivés de la ruche

Bien connu pour ses vertus nutritives, le miel possède également de nombreuses qualités thérapeutiques. Au siècle avant J-C, le miel était utilisé pour lutter contre la fièvre et les infections respiratoires, soigner les blessures cutanées, les brûlures d’estomac et ralentir les effets du vieillissement. Aujourd’hui ses vertus thérapeutiques sont scientifiquement prouvées. On l’utilise fréquemment pour les troubles digestifs, les ulcères gastriques, les troubles d’asthénie ou d’anorexie, mais aussi pour les états de faiblesses ou pour différentes carences. Le miel avec ses propriétés bactéricides et antibiotiques, est efficace pour certaines infections ORL (laryngites, toux) mais aussi pour les maladies touchant la sphère intestinale et rénale. En ce qui concerne son usage externe, le miel a un effet cicatrisant sur les plaies, blessures et infections cutanées.Un produit très riche en minéraux, vitamines et autres oligo-éléments. 

miel d'abeille

Les abeilles sont aussi des insectes comestibles, tout comme le délicieux miel qu’elles produisent !

Les autres dérivés de la ruche d’abeille sont :

  • Le pollen est une substance ou grain récolté par les abeilles sur les fleurs. C’est est un antibactérien naturel, un tonifiant et un stimulant générateur de bien-être, avec effet euphorisant. Grâce à sa teneur en protéines végétales, il est recommandé pour les sportifs ou les personnes âgées. Le pollen contient de nombreux acides aminés dont les huit indispensables à notre équilibre. Voici la liste : acide aspartique, acide glutamique, alanine, arginine, cystine, glycine, histidine, isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, proline, sérine, thréonine, tryptophane, tyrosine et valine. Il faut y rajouter toute une liste d’oligo-éléments comme le calcium, le magnésium, le potassium et des minéraux tels que le cuivre, le fer, le manganèse, le phosphore, le silicium, et le soufre. Ces actions chez l’homme sont à plusieurs niveaux :
    • C’est aussi un rééquilibrant fonctionnel agissant de façon naturelle et physiologique 
    • Sur l’appareil digestif, le pollen permet de réguler les fonctions intestinales (renforce la flore intestinale), stimule l’appétit, aide à la prise de poids en cas d’amaigrissement et régule divers troubles, dont la constipation ; 
    • Sur le système neuropsychique, il permet de rééquilibrer le système nerveux, il a une action euphorisante et augmente les capacités intellectuelles.
    • De façon générale, le pollen est reconnu pour être un tonifiant, un stimulant et un désintoxiquant de tout l’organisme. Il agit sur le métabolisme en général (régulateur de croissance, action antivieillissement, état de maigreur).
  • La gelée royale : nourriture de la reine, c’est une substance blanche riche sucre, en protéines, acides aminés, lipides, en oligo-éléments et en vitamines. Chez l’homme elle s’utilise contre les agressions extérieures (virus, affections respiratoires, grippe, H1N1, fièvre). C’est aussi un antioxydant et un anti-vieillissement puissant.  En dermatologie, la gelée royale aide à combattre l’eczéma, la peau sèche et l’acné. Elle fortifie et renforce la peau les os les ongles puis épaissie et adoucit les cheveux. Recommandé chez les femmes ménopausées, car la gelée aide à la production d’œstrogènes.
    • Elle est également très stimulante, tonifiante, euphorisante, neuro-équilibrante et revitalisante. Le petit plus de la gelée royale est qu’elle favorise la production des globules rouges, agit sur certaines maladies de peau et sur l’appareil cardiovasculaire (hypotension artérielle ou artériosclérose).
  • La propolis également appelée « la cire noire » : substance fabriquée par les abeilles à partir de résine végétale et utilisée par les ouvrières pour défendre la ruche. Cette résine butinée par les abeilles a des propriétés anti-fongiques, anesthésiantes et cicatrisantes (brûlures du second degrés ou eczéma). La propolis est aussi un excellent antibiotique, efficace pour traiter les infections bactériennes comme l’angine, la sinusite. La propolis est également utilisée contre les caries dentaires.
  • La cire d’abeille : un produit fabriqué par les apiculteurs à partir d’élément de la ruche. En cosmétique, elle est utilisée dans les lotions, rouge à lèvres. Elle sert aussi au traitement de certains matériaux comme le bois, le cuir et même le métal (entretien et imperméabilisation).
  • Le venin d’abeille a toujours fait peur. Il peut provoquer de fortes douleurs ou des allergies à l’occasion de piqûres. Cependant, il est tout de même utilisé contre les rhumatismes, les névralgies et les rhumatismes articulaires. La thérapie par le venin est très répandue en Europe et en Asie.

Manger des insectes comestibles

C’est un leitmotiv chez Crokfun, il faut manger des insectes comestibles ! Et les larves d’abeilles sont généralement reconnues comme étant un des mets d’insectes les plus raffinés qu’il puisse exister. Alors pourquoi se priver alors vous pourrez les trouver, ainsi que de nombreux autres insectes comestibles, directement dans notre boutique insolite.

Quelques cas d’apithérapie

De nombreuses études et recherches ont été menées sur les propriétés des produits issus des abeilles pour soigner certaines maladies. C’est notamment le cas de l’arthrite et de la sclérose en plaque.

L’arthrite
L’apithérapie peut être utilisée pour le traitement des douleurs musculosquelettiques. Une étude a par exemple mis en place le protocole suivant : le venin était injecté à des points d’acupuncture bien précis et le traitement placebo injectait une solution saline à la place du venin. Pour les personnes ayant reçu le véritable venin les douleurs ressenties ont été nettement moins fortes.
Attention, ce ne sont que des études. Les scientifiques continuent leurs recherches afin d’avoir plus de précision sur un éventuel traitement.

La sclérose en plaque (SEP)
La SEP reste encore un mystère médical avec de nombreux traitements à l’essai. Cependant l’apithérapie provoque quelques espoirs. Certains témoignages affirment la diminution des douleurs, l’augmentation de l’énergie des patients et une amélioration de la vision.
Attention, tout reste encore incertain et des études menées sur les animaux sont encore en cours.

L’apithérapie est une alternative pour tous ceux qui veulent être soignés efficacement par des moyens naturels.

Les nombreux bienfaits du miel…et une mise en garde à connaître.

Dans de nombreux pays, le miel est utilisé comme remède soit à l’état pur, soit mélangé à des plantes depuis de nombreuses générations. Chacun connaît les bienfaits du miel ou des bonbons au miel pour soulager les maux de gorge.

Certains miels sont connus pour leurs propriétés laxatives, d’autres pour guérir les brûlures, les inflammations… On l’utilise même pour guérir des morsures de serpents.

Les propriétés du miel sont multiples : antibactérien, anti-inflammatoire, antioxydants (réduisant la formation des radicaux libres responsables du vieillissement). En milieu hospitalier, un miel spécialement préparé et standardisé pour sa pureté bactérienne est utilisé pour la cicatrisation. Certaines caractéristiques du miel lui confèreraient un pouvoir antibactérien important. Sa viscosité par exemple, limite la dissolution de l’oxygène assurant ainsi une meilleure oxygénation des tissus. Et sa faible concentration en protéines empêcherait les bactéries de croître correctement. Avant l’apparition des antibiotiques, le miel était souvent utilisé dans le monde médical. Il était employé comme agent antiseptique contre les infections. Durant la première et la seconde Guerre Mondiale, il était utilisé pour accélérer la cicatrisation des plaies des soldats. Toutefois précisons que pour l’instant, aucune étude scientifique ne s’est penchée sur l’effet antibactérien du miel.

A chaque miel, ses bienfaits :

Miel d’acacia : Considéré comme un régulateur intestinal, il est recommandé pour les jeunes enfants.
Miel de Bourdaine : On attribue à ce miel des bienfaits purgatifs comme ceux de la plante.
Miel de cerisier : Aurait des vertus diurétiques.
Miel de châtaignier : Il serait bénéfique pour la circulation sanguine et ses vertus cicatrisantes. Il est riche en oligo-éléments : potassium, magnésium, manganèse et baryum.
Miel de chêne : Comme beaucoup de miel de forêt, c’est un des miels les plus riches en oligo-éléments.
Miel de colza : Il contient des oligo-éléments comme le calcium et le bore.
Miel de lavande : Il est aussi employé en cosmétique : savons, shampoings.
Miel de luzerne : Ce miel serait conseillé aux sportifs et aux personnes fatiguées ou convalescentes en raison de ses propriétés ré-énergisantes.
Miel de pissenlit : C’est un miel aux bienfaits diurétiques.
Miel de romarin : Ses oligo-éléments (calcium, bore, fer et cuivre) seraient bénéfiques pour les insuffisances cardiaques, digestifs et vésiculaires.
Miel de sapin : Sa richesse en oligo-éléments (phosphore, potassium, calcium, soufre, magnésium, zinc, bore, fer et cuivre) donne à ce miel des bienfaits multiples : anti-anémique, antiseptique et diurétique. Serait ainsi recommandé contre l’asthme, la bronchite, la trachéite, la pharyngite, la rhinite et le rhume.
Miel de sarrazin : Spécialité bretonne, ancré dans un sol rocheux, il serait bon contre l’anémie, la déminéralisation et les maladies osseuses.
Miel de Tilleul : Il contient des oligo-éléments (potassium, calcium, et manganèse). Doux pour les rhumes, pour apaiser.
Miel de tournesol : Ce miel est particulièrement riche en oligo6éléments : calcium, bore et silicium
Miel de Thym : Traditionnellement, le miel de thym est employé pour sucrer les infusions du soir : apaisant, il favoriserait le sommeil.
Antiseptique reconnu, stimulant contre la fatigue, antispasmodique, il serait recommandé pour la prévention des maladies infectieuses, respiratoires ou digestives.
Le miel de thym est très riche en cuivre et en bore.
Miel de Garrigue : Riche en oligo-éléments, le Miel de Garrigue possèderait des vertus toniques et fortifiantes.
Miel d’Arbousier : Diurétique, un antiseptique urinaire et il favoriserait la circulation sanguine.
Miel de Mélilot : Serait indiqué particulièrement dans les problèmes inflammatoires de la sphère ORL au sens large (sinusite, rhinite, pharyngite, laryngite, gingivite, angine…).

 

Calories et sucres :

Le miel est très riche en sucres puisqu’il en contient entre 78% et 80%.  Tous les miels ne se valent pas car leur composition dépend de l’origine du miel et des fleurs butinées par les abeilles. En moyenne, une cuillère à café de miel (= 8gr de sucre soit 2 morceaux de sucre) représente 30% de la consommation journalière maximale recommandée par l’OMS.

Néanmoins, contrairement au sucre composé quasiment exclusivement de saccharose, plusieurs glucides, en différentes proportions, se trouvent dans le miel :

  • Une majorité de fructose (environ 55%) et de glucose.
  • Du maltose, du saccharose et d’autres polysaccharides en faibles proportions.

D’ailleurs, c’est la proportion entre ces différents sucres qui détermine la consistance du miel : s’il est plus riche en glucose, il se cristallise. En revanche, si le fructose l’emporte, il reste liquide.

Selon son origine, le miel est composé d’environ 55% de fructose, un sucre naturel qui est aussi celui que l’on trouve dans les fruits. Si le fructose peut sembler un bon argument en faveur du miel, il faut en réalité savoir que seul notre foie est capable de métaboliser le fructose. D’autres sucres comme le glucose utilisés par le foie, sont aussi utiles aux muscles et au cerveau. Or, notre alimentation quotidienne contient déjà trop de fructose par rapport à la capacité de notre foie à le traiter. En effet, le fructose est ajouté dans de nombreux produits industriels (céréales, pizzas, gâteaux, sauces…). Lorsque le fructose est en excès dans notre organisme, il va alors être directement stocké dans le foie sous forme de graisses. Ce syndrome du “foie gras” augmente ainsi les risques de diabète et favorise la résistance à l’insuline.

Il faut également savoir que le pouvoir sucrant du miel est supérieur à celui du sucre. Traduction : à quantité égale, votre thé aura un goût plus sucré avec le miel qu’avec le sucre. En plus, ce dernier apporte moins de calories.

Par contre, avec son fort taux de glucose, le miel a un pouvoir hyperglycémiant important, les diabétiques doivent donc limiter leur consommation et demandez un avis médical.

En revanche, le miel fournit des antioxydants, de la vitamine E, B, C, et est riche en minéraux (magnésium, calcium, potassium, fer).  Les miels plus foncés (sarrasin ou châtaignier par exemple) seraient plus riches en antioxydants (présence de flavonoïdes) que les miels plus pâles. Dans l’Antiquité, les athlètes buvaient de l’eau miellée pour recouvrer rapidement leur force. Il est donc un fournisseur d’énergie, un excellent reconstituant en cas de convalescence. 

Quelques applications :

 * Maux de gorge

Le miel apaise en cas d’angine ou de mal de gorge grâce à ses propriétés antibactériennes. Une cuillerée de miel dans une boisson chaude crée une fine couche protectrice et tapisse la gorge, permettant ainsi de mieux prévenir l’irritation qui engendre la toux.
Mélangez une demie-tasse avec une cuillère à thé de gingembre moulu ou de vinaigre balsamique. Ajoutez à ce mélange le jus d’un demi-citron et une cuillère à thé de miel. Gargarisez-vous avec ce remède maison.
Il est d’usage d’agrémenter une bonne tisane d’une cuillère à soupe de miel pour soigner un rhume. En effet, il semblerait que le miel diminue l’adhérence des bactéries, les empêchant ainsi de se fixer et de proliférer. Ainsi, le miel aide à atténuer les maux de gorge et, dans le cas de toux sèches, à fluidifier le mucus.

Il faut bien retenir que si le miel peut être un véritable plus dans le traitement du rhume, si vos symptômes persistent sans amélioration au bout de 48 heures, le mieux est d’aller consulter un médecin qui saura vous prescrire le traitement adéquat.

* Combattre l’insomnie :

Le miel contribuerait à la libération d’insuline qui à son tour, stimulerait le tryptophane. Cet acide aminé a le pouvoir de nous rendre somnolents. Si vous avez de la difficulté à dormir, prenez un verre de lait chaud ou une boisson chaude avec du miel avant de vous coucher. La chaleur dégagée par le liquide chaud augmentera l’effet du tryptophane.

* Constipation :

Le miel agirait également sur la sphère digestive. Il possède des propriétés diurétiques, laxatives et serait bénéfice contre les constipations passagères. Il serait également efficace contre les infections de l’estomac et de l’intestin. 

* Acné :

Les propriétés antibactériennes du miel pourraient aider à mieux contrer l’inflammation liée à l’acné. Mélangez une part de miel et une part de muscade, laissez reposer le mélange sur le bouton pendant 15 minutes avant de rincer. Si vous sentez une réaction de chaleur ou de démangeaisons, retirez aussi avec de l’eau tiède.

ATTENTION AUX ENFANTS

Les enfants de moins d’un an ne doivent pas consommer de miel.
Plusieurs études ont en effet, démontré qu’il peut causer le botulisme infantile. Le botulisme infantile est une maladie rare en augmentation depuis 2004. Les spores de la bactérie peuvent se retrouver dans les poussières de certains sols mais aussi dans le miel transporté par les abeilles.
La maladie affecte le système nerveux de l’enfant. Les enfants de moins d’un an sont particulièrement exposés car leurs systèmes immunitaires ne sont pas encore complètement prêts à se défendre contre tous les microbes & bactéries. Ainsi l’ANSES rappelle que même en petites quantités, le miel ne doit pas être administré aux nourrissons de moins d’un an, ni pour sucrer des plats, des gâteaux que l’enfant est susceptible de manger, ni pour l’appliquer sur une tétine pour calmer la pousse des dents.

N’oubliez pas d’avoir une utilisation raisonnée et raisonnable.

La Nature n’est pas inépuisable…

Rappel : Les conseils et informations donnés dans les pdf, articles, ou sur tout autre support fournis par Bien Mieux S.A.S ne peuvent en aucun cas, remplacer une prescription ou le diagnostic d’un médecin, ni se soustraire à un avis médical.
Lorsque vous êtes en suivi médical, prévenez impérativement votre médecin/thérapeute ou pharmacien, que vous désirez adjoindre les huiles essentielles ou un produit naturel à votre traitement en cours.

Laisser un commentaire